COVID-19 : Comment reporter votre mariage à l’étranger ?

Face à la pandémie mondiale, il apparaît essentiel de soulever la question du report d’un mariage prévu à l’étranger. Dans le cadre de mon activité de wedding planner spécialisée dans l’organisation de mariages à l’étranger, je suis directement confrontée à cette situation.       Quels sont les mariages impactés ? Ceux  prévus pour les mois d’ avril et mai 2020 ! En ce qui concerne les mariages à l’étranger pour le mois juin, je reste optimiste…
   

Les couples face au Covid-19

      Ce n’est jamais facile d’annoncer aux futurs mariés, impliqués depuis plusieurs mois dans l’organisation de leur mariage, qu’ils vont devoir reporter l’un des plus beaux jours de leurs vies. Et pourtant, il en va de ma conscience professionnelle et surtout sociale, même si la déception est grande. Je vous présente les démarches à suivre pour le report de votre mariage à l’étranger :
  1. Tenir compte des conditions de validité des documents de l’ambassade française mais également de l’autorité étrangère : Bien souvent, les pays s’accordent sur les conditions de validité des documents afin de ne pas être confrontés à une incohérence des droits. Cependant, il arrive que la validité des documents ne soit pas la même entre la France et le pays de célébration de votre mariage. Par exemple, pour la célébration de mariages en Grèce, l’ambassade de France à Athènes qui fournit le certificat de capacité à mariage assure que le document est valable 1 an. A contrario, les mairies grecques, elles, n’acceptent pas les documents datant de plus de 6 mois. Si vous souhaitez donc reporter votre mariage, il faudrait, dans un premier temps, vérifier la validité de vos documents. Dans le cas d’un mariage e
    reporter son mariage à l'étranger

    Comment reporter son mariage à l’étranger ?

    n Grèce, il conviendrait, soit de reporter le mariage moins de 6 mois après la réception du certificat de capacité à mariage; soit de le reporter à plus d’un an, même si cela signifie qu’il faille recommencer la procédure. J’attire votre attention sur les directives gouvernementales actuelles de la pandémie de COVID-19 et de la projection anticipée de la crise qui estime la durée des mesures d’urgences prisent à 3 mois.
  2. Passer en revue vos assurances : J’ai bien conscience que la plupart des couples ne pensent pas à souscrire d’assurance “annulation-mariage” avant l’organisation de leur évènement. Mais pour les rares personnes qui l’auraient fait, je vous conseille de lire attentivement votre police d’assurance afin de savoir ce qu’elle couvre et, éventuellement,  le prix de la franchise. Toutefois, bon nombre d’assurances excluent l’indemnisation en cas de force majeure. Le Code Civil définit la force majeure comme étant un événement imprévisible, irrésistible (insurmontable) et échappant au contrôle des personnes concernées. Dans le cas du COVID-19, ces conditions sont remplies. Cependant, seul votre conseiller pourra vous informer des exclusions. Pensez aussi, à vérifier les assurances “garantie voyage” rattachées à votre carte bancaire. Elles permettent une indemnisation en cas d’annulation ou modification de votre séjour à l’étranger.
  3. Vérifier les conditions d’annulation de vos prestataires et de votre compagnie de vol : Notamment si vous avez déjà versé un acompte ou payé la totalité des frais. Les conditions d’annulation dépendent des droits et coutumes d’un pays mais également du prestataire. La plupart des lieux de cérémonie et réception reversent la totalité des sommes en cas d’annulation à plus de 8 semaines avant la date du commencement de la prestation (qui n’est pas forcément égale à la date de votre mariage). A moins de 8 semaines, les professionnels vous demanderont des frais supplémentaires en cas de report. Plus vous retarderez le report, plus vous risquerez de ne pas pouvoir récupérer la totalité des sommes.  Par ailleurs, un mariage à l’étranger implique également l’organisation en amont d’un séjour incluant la réservation d’hôtels et de vols. Selon le règlement européen 261-2004, les compagnies aériennes sont tenues de rembourser le vol sous 7 jours ou permettre un réacheminement dans des conditions satisfaisantes, en cas d’annulation de vol du fait de la compagnie. Mais prenez garde! Compte tenu des circonstances exceptionnelles dues au COVID-19, cette disposition a été suspendue par la Commission Européenne car cette situation n’auraient pas pu être évitées par la compagnie comme le prévoit le règlement européen. Il faudra donc contacter directement votre compagnie aérienne pour connaître ses modalités de remboursement.
  4. Contacter vos invités pour vérifier leurs disponibilités : Cet arrêt de l’économie qui risque de prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois, aura des conséquences lors de la reprise d’activité. Celle-ci risque d’être très chargée. Il sera probablement plus difficile pour vos invités de poser des jours de congé. Si votre mariage a lieu dans une destination lointaine telle que le Canada ou le Mexique, environ 10 jours sur place seront requis. Si vous souhaitez conserver intact votre liste d’invités, il vous faudra recueillir les disponibilités de chacun et fixer la nouvelle date en fonction de ce critère. Cela nécessitera probablement de reporter votre mariage à l’année suivante.
C’est une période très désorientante et émotionnelle tant pour les couples que pour les professionnelles du mariage et du tourisme. Je reste cependant persuadée que des accords seront trouvés et que les professionnels feront preuve de souplesse dans leurs conditions de report de votre mariage !  
nec id Donec elit. Sed accumsan